Le Studio Merville


Début des années 60; Lorient, 11 rue Claire Droneau

Un peu à l'écart d'un centre-ville qui termine sa reconstruction, une nouvelle salle de cinéma s'érige. Financée par les dommages de guerre, il s'agit d'une salle patronale appartenant à la paroisse Sainte Jeanne d'Arc. Elle s'appelle l'Etoile.

Fondu en noir

1971; même endroit

La salle n'a pas su trouver sa place auprès du public : elle n'est plus utilisée.

Générique


Inauguration

Après avoir animé pendant 7 ans un ciné-club dans le quartier de Keryado, Jacques Sinquin a une grande ambition : offrir toute l'année des films exigeants, peu programmés sur Lorient. Pour cela, il lui faut une véritable salle; l'Etoile ne sert plus, mais tout le matériel de projection est encore en place.
Le projet est osé, en ce début des années 70 qui voit nombre de cinémas fermer ou se transformer, face à la concurrence du petit écran. Néanmoins, la paroisse Sainte Jeanne d'Arc, propriétaire de la salle, accepte de la louer pour un prix peu élevé. L'ancien opérateur revient relancer les projecteurs 35mm, on donne un coup de pinceau, et la salle est rebaptisée : Studio Merville.

En septembre 1971, c'est l'inauguration. A l'affiche : Mort à Venise, de Luchino Visconti.
L'année suivante, la salle reçoit son classement Art et Essai catégorie A, ce qui amène quelques financements, mais les 3 premières années sont difficiles...


Reconnaissance

Petit à petit, le Studio Merville va se construire une réputation, grâce à sa programmation de qualité et en VO. René Vautier vient présenter Avoir 20 ans dans les Aurès en avant première, Claude Miller assiste à une projection de La meilleure façon de marcher. Quant au public, il arrive parfois de Vannes, Quimper ou Pontivy.

La salle est assez belle : 500 fauteuils sur un seul niveau, écran au format cinémascope, son stéréo. Et avec l'accroissement du public, des investissements peuvent être réalisés. On remplace les projecteurs à arc à charbon par un projecteur au xénon avec plateaux (des technologies qui sont toujours utilisées actuellement). Les anciens sièges font place à des fauteuils clubs plus spacieux, ce qui réduit la capacité de la salle à 450 places.

Malgré le succès, il est parfois difficile de faire venir des films au potentiel trop restreint. Conscients de ce problème, le directeur et certains spectateurs parmi les plus assidus décident de monter une association : "les amis du Studio Merville".
Cette association préfinance la venue de films difficiles, réclamés par ces spectateurs, mais qui ne font parfois que 50 entrées sur la ville. Les films restant 2 jours à l'affiche, la programmation est décidée environ 1 mois à l'avance, de façon à ce que chacun puisse s'assurer d'assister à l'une des séances.


Fin de l'aventure

Face à la réussite d'une telle programmation à Lorient, d'autres salles de la ville se sont rapidement placées en concurrence avec le Studio Merville pour obtenir les films les plus porteurs. Cette concurrence se fait beaucoup plus féroce dans les années 80, lorsque les multisalles du Rex puis du Royal apparaissent. Il ne devient plus possible pour Jacques Sinquin d'obtenir les films qu'il désire, ceux que son public aime, et qui se retrouvent dans les nouvelles, mais petites, salles du centre.
Finalement, il faut se résoudre à fermer au mois d'avril 1985.


Peu de temps après; toujours le même endroit

On s'affaire autour de la salle du Studio Merville : rachetée par la municipalité, une nouvelle vie et de nouveaux spectateurs s'annoncent pour elle. Nouveau baptême : voici le théâtre du Quai Ouest, puis, plus tard, le Centre Dramatique De Bretagne (CDDB)...

Générique


[le Studio Merville, aujourd'hui CDDB]   [le Studio Merville, aujourd'hui CDDB]
Le Studio Merville (photos juin 2001).
Devenu un théâtre, le bâtiment du Studio Merville a certainement été modifié, pour accueillir loges et bureaux.
La façade (entrée et fronton) doit toutefois être semblable à celle du cinéma. De même pour le grand parallélépipède de la salle, qui mesure environ 15 mètres par 30.



Un grand merci à Jacques Sinquin de m'avoir reçu et parlé de son cinéma.

Retourner au sommaire

juin 2001
http://perso.wanadoo.fr/lorient-cine/merville.htm