Le Rex


Naissance du Rex

L'histoire du Rex débute en 1937. Cette année là, un boulanger lorientais décide de construire une nouvelle salle de cinéma, offrant tout le confort de l'époque. Lorient compte alors 8 salles, parfois vétustes, pour 3000 fauteuils.

Le nouveau cinéma est bâti rue de la Comédie, qui correspond aujourd'hui à la rue Auguste Nayel, à peu près à l'emplacement de l'actuelle poste centrale. On lui donne le nom de Rex (roi en latin), peut être en référence au Grand Rex parisien, salle prestigieuse ouverte fin 1932.
Côté technique, le matériel de projection le plus récent est choisi. La salle ayant été construite pour le cinéma parlant, on peut penser que la qualité d'écoute y était meilleure que dans les autres salles (la plupart ayant été conçues au moment du muet). Côté confort, le cinéma proposait 842 fauteuils numérotés, avec un intérieur rouge et or.

Le Rex est inauguré le 28 décembre 1937 et ouvre au public le 18 janvier 1938, avec le film L'habit vert. La programmation se compose d'un film par semaine, avec une séance par soir, plus 1 ou 2 séances en après-midi (appelées "matinées") les Samedi et Dimanche.
Les premiers films projetés sont Boucle d'Or, avec Shirley Temple, Les Dégourdis de la 11ème, avec Fernandel, ou encore Les Bas-Fonds, de Jean Renoir et avec Jean Gabin.

[le Rex en 1943]
La vie de cette première salle sera bien courte.
Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Allemands choisissent Lorient pour y construire une base de sous-marins, et le Rex est réquisitionné en juillet 1940, comme de nombreux autres cinémas à travers la France.
Il sera détruit durant les bombardements alliés sur la ville.

Ci-contre, le REX en 1943.



La reconstruction

Le Rex ne renaîtra pas tout de suite de ses cendres, la priorité étant la reconstruction de logements. On annonce tout de même sa réouverture pour octobre 1956.
Le nouveau bâtiment se situe rue Paul Bert, à quelques dizaines de mètres de son prédécesseur. Il présente une façade concave de 19m de largeur pour une profondeur de 45m. Les 2 premiers niveaux sont entièrement vitrés, les 2 niveaux supérieurs sont des appartements (voir les photos récentes en bas de la page).

Le projet initial prévoit une salle de 850 places sur 2 niveaux. Un peu en contrebas du hall, l'orchestre doit offrir 500 fauteuils. Le sol remonte doucement vers la scène qui est au même niveau que le hall (configuration en contre-plongée). Un balcon est situé au-dessus de la cabine de projection, que l'on prévoit alors de doter ultérieurement de projecteurs vidéo.
Du fait de sa reconstruction tardive, la salle du Rex est prévue dès l'origine pour le nouveau format d'écran large : le cinémascope (ce format, apparu en 1953 aux Etats-Unis, est toujours utilisé aujourd'hui). Un rideau masque les côtés de l'écran lorsqu'il n'est pas utilisé dans toute sa largeur.
Enfin, la décoration se veut très sobre : murs grèges, plafond bistre, fauteuils rouges.

Outre la salle proprement dite, le Rex doit proposer un bar, un foyer et un café doté d'une piste de danse.

[le Rex en 1956 - projet]
Ci-contre, la maquette du projet du Rex en 1956.

Sous le balcon, au centre, on distingue parfaitement les ouvertures (ports) pour les appareils de projection.
L'ouverture de gauche pouvait servir à projeter des publicités, les 3 groupes de deux ouvertures correspondant à 3 projecteurs : 2 pour passer le film (les longs métrages tenaient alors sur plusieurs bobines : pendant qu'un projecteur tournait, la bobine suivante était installée sur l'autre projecteur), et un troisième en secours, ou pour du 16mm.

On devine également une caractéristique importante de ce projet : le balcon "suspendu", en porte-à-faux au-dessus de l'orchestre. Il est donc indépendant des murs latéraux.


[la salle du Rex en 1958]
Une vue depuis le haut du balcon de la salle finale, avec son écran cinémascope.

Si l'architecture générale est celle du projet initial, on distingue tout de même quelques différences avec la maquette ci-dessus, concernant la disposition des accès au balcon ou le nombre de sièges par rangée.

On reconnaît la forme de cette salle unique sur les photos récentes du bâtiment, en bas de page.


La réouverture du Rex sera malheureusement beaucoup retardée. Le projet initial est légèrement modifié au niveau de l'aménagement intérieur : le nombre de sièges est porté à 990 et la salle arbore des tons bleus et jaunes. Le cinéma est finalement inauguré le 4 juillet 1958, avec L'Eau Vive, avant de proposer aux lorientais Le Pont de la Rivière Kwaï.


Le Rex, troisième !

En 1981, le Rex est totalement transformé pour devenir le premier véritable complexe multisalles de Lorient.
La façade du cinéma ne subit que peu de transformations : je pense que c'est à ce moment que les deux petits locaux commerciaux sont aménagés sur les côtés ; le vitrage occupant toute la hauteur des deux premiers niveaux (d'après le projet de 1956) disparaît (voir les photos plus bas).
Le volume intérieur est par contre totalement transformé. La grande salle unique est débitée en 5 nouvelles salles. La plus grande, située à la place du balcon, propose 400 sièges disposés en gradins et un écran très correct (12m ?). Une salle de 200 places et 3 salles de 100 places complètent l'ensemble.
On annonce un meilleur confort grâce à des fauteuils plus larges, et une décoration au goût du jour.

Le Rex ainsi transformé rouvre ses portes au public le 6 novembre 81. Au programme, le Maître d'Ecole dans la salle 1 (avec Coluche), le James Bond du moment en salle 2 (Rien que pour vos Yeux), ainsi que Coup de Torchon (de Bertrand Tavernier), Le Faussaire (de Volker Schlöndorff) et Une Putain d'Histoire d'Amour (de Gilles Béhat).

Le cinéma ne subira plus de transformations par la suite. La salle 1 sera toutefois réaménagée à l'automne 1994, recevant de nouveaux sièges et le son Dolby Digital.


La fin...

A la fin des années 90, plusieurs grands groupes ont des vues sur Lorient pour y bâtir un multiplexe. Finalement, c'est le projet du CinéStars qui est accepté. Le Rex, déjà distancé par le Royal en terme de fréquentation, semble menacé : à part la n°1, ses salles ont vieilli, les 3 plus petites ayant encore un son monophonique. La Soredic (propriétaire du Rex) lance alors son propre projet de multiplexe, en centre ville, pour rester implantée sur Lorient. Ce projet sera accepté moyennant la fermeture du Rex, qui intervient effectivement en été 1999.
"Rex" fait peut être un peu vieillot, et ce nom n'est pas conservé : place, donc, au Cinéville !


[le Rex - façade]   [le Rex - façade]
La façade du Rex (photos mars 2000).
A gauche, on distingue parfaitement les anciens emplacements des affiches des films pour les 5 salles. Sous ces affiches, figuraient les horaires des séances. A l'origine, il y avait une porte par salle pour séparer les files d'attente.

[le Rex - le bâtiment]   [le Rex - le bâtiment]
En arrière de l'immeuble de façade, un grand bâtiment aveugle (photos juin 2001).
Construit en 1958, il correspond au volume de la salle unique, dont l'écran était situé derrière le mur en premier plan.
Depuis la rénovation de 1981, le bâtiment abritait 5 salles, la plus grande se situant dans la partie haute, près des immeubles.



Retourner au sommaire

mai 2001 / juin 2001
http://perso.wanadoo.fr/lorient-cine/rex.htm