Le Royal (2/2) : 1996-2001


[la "place du Royal" - 1024*683 - 182Ko]
Insérée dans un groupe d'immeubles, la façade du Royal en "arc de triomphe" se remarquait facilement et se voyait de loin.
L'avancée en arc de cercle datait de la rénovation de 1996. (photo mars 2000)

Les derniers grands travaux au Royal eurent lieu en juillet 1996. Le hall fut totalement transformé, toutes les salles adoptèrent des sièges habillés de rouge et des murs bleu nuit et l'équipement sonore de plusieurs salles fut refait. A l'issue de ces travaux, le cinéma comptait 1315 fauteuils, les 4 plus grandes salles étaient équipées du son numérique et les 3 autres du Dolby Stéréo. Les salles 1 à 3 étaient accessibles aux handicapés.

3 ans plus tard, les deux multiplexes de la ville ouvrirent leurs portes. Le premier, situé en périphérie et construit par les propriétaires du Royal, ne semblait pas une menace. Le second, par contre, ouvrit à seulement 500m du Royal, constituant donc une concurrence directe.
La programmation dut alors évoluer. La grande salle continua d'accueillir les grosses sorties en VF, les salles les plus petites accueillirent des films intimistes qui n'étaient pas à l'affiche des multiplexes. Enfin, les salles intermédiaires prolongeaient les gros films en VF ou proposaient de la VO, parfois pour des films importants. Mais le public n'était pas assez nombreux : on passa de près de 500 000 spectateurs en 97 et 98 à environ 200 000 en 2000, et les perspectives restaient à la baisse. Le Royal ferma donc définitivement ses portes le 23 octobre 2001.
Le dernier programme, salle par salle :
- 1 : American Pie 2
- 2 : Chaos
- 3 : Le journal de Bridget Jones (VO)
- 4 : Sur mes lèvres
- 5 : Le petit Poucet
- 6 : Une hirondelle a fait le Printemps / Et là-bas, quelle heure est-il? (VO)
- 7 : Moulin Rouge

[le Royal vu de nuit]
Le soir, un jeu de néons et de projecteurs donnaient une image très moderne au cinéma.
La photo est prise le 23 octobre 2001 22h, juste avant la dernière séance.

Dans la suite de cette page, vous trouverez une description et des photos du Royal tel qu'il était au moment de sa fermeture, état qui datait de la rénovation de 1996. Les photos ont été prises en juillet 2000 et octobre 2001. Comme toujours, leur qualité est moyenne et je m'en excuse.


Le Hall

Le hall du Royal avait beaucoup évolué lors de la rénovation de 96. Tout d'abord, sa surface avait été légèrement augmentée par une avancée extérieure, en arc de cercle. Ensuite, la grande caisse centrale et son hygiaphone avait disparu au profit de deux caisses plus modernes, placées de biais. Enfin, un bar circulaire proposant bonbons et boissons avait été installé dans le fond du hall. Le contrôle des billets, reculé au maximum, se faisait au droit de ce bar. Pour rendre l'ensemble plus lumineux, les couleurs utilisées (blanc, bleu pâle) étaient très claires, mais peu chaleureuses.

[le hall du Royal - 1024*683 - 198Ko]   [le hall du Royal - 1024*683 - 173Ko]
Sur la première photo, une caisse et le bar/bonbonnerie. On distingue au fond l'un des escaliers qui conduisaient à la salle 1. Sur la seconde, le petit espace de détente qui était installé derrière le bar pour attendre le film. De part et d'autre, les accès aux salles 2 et 3.


Salle 1

482 fauteuils, écran courbe de 14m, son THX, Dolby Digital et DTS.

La salle 1 était la plus grande et la plus belle du complexe. Les sièges étaient disposés en arc de cercle, et la salle présentait une assez forte pente. Les fauteuils clubs étaient confortables, et l'espace pour les jambes plus que généreux à mon sens, malgré mes 1m92.
L'image était belle, projetée par une ampoule de 6000W, et le projecteur pouvait passer du 70mm (ce format, d'une qualité bien supérieure au 35mm standard, a été quasiment abandonné pour des raisons de coûts, et je n'ai malheureusement jamais vu de film 70mm dans cette salle). Seul tout petit défaut : en format 1.85, l'image venait effleurer le plafond.
Côté son, c'était tout simplement parfait, THX oblige, et je n'ai pour l'instant pas trouvé mieux ailleurs. Toute la partie audio (des amplis aux enceintes) était due à JBL, une référence en la matière. Bref, cette salle était incontestablement ma favorite, tous cinémas confondus.

Lors de la rénovation de 96, le plafond et les parties claires des murs étaient devenus bleu foncé. 32 sièges avaient aussi été supprimés (la salle passant de 514 à 482 fauteuils) et un ascenseur construit pour permettre l'accès aux handicapés. La salle avait également reçu le son DTS.
Il arrivait que des gens viennent de Vannes et même de Brest pour voir les grosses sorties dans cette salle...

[la salle 1 : l'écran - 1024*683 - 135Ko]
En attendant le film, un projecteur affichait fièrement la certification THX. L'écran courbe était d'une très belle taille.


[salle 1 : la partie droite - 1024*683 - 281Ko]
On distingue assez bien ici la courbure des rangs de fauteuils, l'espacement confortable et la pente.
Les panneaux muraux étaient là pour assurer un meilleur son : arrivés bien après le label THX, ils sont une preuve du sérieux d'une norme qui n'est pas attribuée ad vitam eternam. Au-dessus, les haut-parleurs arrières en rangs serrés.
Enfin, on distingue l'avancée des sorties basses de la salle, là où se trouvaient autrefois des plantes.


[salle 1 : l'arrière de la salle - 1024*683 - 243Ko]
La cabine de projection occupait une avancée centrale à l'arrière de la salle. A sa gauche sur la photo, la plate-forme, aménagée en 96 pour les handicapés, et d'où est prise la première photo.



Salle 2

286 fauteuils, écran de 9m, son Dolby Digital et DTS.

La salle 2 se situait au rez de chaussée, sous la partie gauche de la salle 1. La porte d'accès donnait directement sur le hall du Royal, rendant la salle accessible aux handicapés. Le sol était en pente très légère à l'avant, mais un peu plus prononcée à l'arrière. La cabine de projection surplombait l'arrière de la salle, la fenêtre de projection se situant dans une rupture du plafond.
La salle avait reçu le Dolby Digital lors de la rénovation de 1996.

[l'avant de la salle 2]
Pour avoir une vue d'ensemble de la salle 2, voici deux montages photo de plus ou moins bonne facture.
Ci-dessus, l'avant de la salle. A gauche de l'écran, on distingue le signal lumineux indiquant la sortie. Le mur où elle se situe est en biais, rétrécissant progressivement l'avant de la salle, en venant se terminer au bord de l'écran.
Ci-dessous, l'arrière de la salle.
[l'arrière de la salle 2]


Salle 3

215 fauteuils, écran de 7m50, son Dolby Digital et DTS.

La salle 3 était un peu la jumelle de la 2. Située sous la partie droite de la salle 1, elle était également accessible aux handicapés et présentait une disposition en longueur sensiblement identique, mais elle était un peu plus étroite que sa grande soeur.
Avant 1996, j'appréciais beaucoup cette salle pour son mur de droite en briques apparentes, mais celles-ci furent peintes en bleu lors de la rénovation : un exemple de standardisation un peu trop poussée...! La salle 3 avait été équipée des systèmes DTS et Dolby Digital en même temps que la n°2 : elles possédaient toutes deux un son très agréable, largement à la hauteur de salles plus modernes. La puissance développée dans le grave y était impressionnante (mémorable Pic de Dante dans la salle 3 en DTS...) sans pour autant nuire à l'équilibre général. Le DTS n'y était certainement pas étranger.

[l'avant de la salle 3 - 1024*683 - 102Ko]
Euh, ben oui, l'avant de la salle 3.
Un oeil exercé distinguera la sortie sur la droite de l'écran. Ce qu'on ne voit vraiment pas, c'est que cette porte se situait sous une rupture du plafond (une sortie de la salle 1) : l'écran occupait donc toute la largeur disponible.



[l'arrière de la salle 3 - 1024*683 - 161Ko]
Au fond, dans le prolongement des escaliers, on devine la porte d'entrée et son signal lumineux.
A gauche, on voit le mur en briques et, sur le haut, la cabine de projection qui surplombait l'arrière de la salle.



Salle 4

89 fauteuils, écran de 6m, son Dolby Stéréo.

Située au-dessus du hall, dans le sens de la largeur, la salle 4 était une salle plutôt agréable. En effet, à la rénovation de 96, les larges fauteuils clubs neufs furent disposés en gradin, et la taille de l'écran était correcte pour une salle de cette dimension. De plus, comme les salles 1 et 7, la 4 était le paradis des grandes jambes!

[l'avant de la salle 4 - 1024*683 - 108Ko]   [l'arrière de la salle 4 - 1024*683 - 127Ko]
Tout à droite, on distingue l'accès, qui s'avançait de manière importante pour permettre de gradiner la salle en restant dans le même volume. Conséquence : les fauteuils sont disposés de manière assez irrégulière.


Salle 5

106 fauteuils, écran de 4m70, son Dolby Digital.

La salle n°5 offrait plus de fauteuils que la 4, et c'est sans doute pour cette raison qu'elle avait été équipée du Dolby Digital lors de la rénovation de 1996 (alors qu'elle avait été jusque là l'une des dernières salles en mono au Royal, avec la salle 6).
Je la trouvais pourtant nettement moins agréable : l'arrière de la salle, surplombée par la cabine de projection, offrait peu de hauteur sous plafond et l'écran était trop petit pour cette salle disposée en longueur. Par contre, comme toutes les salles de petites dimensions, les effets sonores arrières en Dolby Digital étaient très perceptibles.

[l'avant et la droite de la salle 5 - 1024*683 - 152Ko]   [l'arrière de la salle 5 - 1024*683 - 148Ko]
Sur la première photo, on aperçoit complètement à droite la rampe longeant les quelques marches d'accès. En restant à ce niveau, les conditions de vision étaient très correctes.
Sur la seconde photo, l'arrière de la salle : avec le plafond très bas, on se sentait un peu à l'étroit.


Salle 6

81 fauteuils + 2 strapontins, écran de 4m70, son Dolby Stéréo.

Située au bout d'un long et sinueux couloir qui semblait ne pas vouloir se terminer (il courait à gauche de la salle 2, sous une sortie de la n°1 et se terminait par une série d'escaliers), la salle 6 était placée transversalement, derrière la 1. Elle était pratiquement parallélépipédique.
Avec un écran identique à celui de la salle 5, mais une hauteur sous plafond supérieure et seulement 81 fauteuils, la salle 6 me paraissait plus agréable que son aînée. Néanmoins, elle fut aussi la moins gâtée lors de la rénovation de 96 : les fauteuils étaient restés les mêmes (avec encore 2 strapontins dans le fond, datant sans doutes de 1984), et les enceintes d'ambiance installées pour le Dolby Stéréo avaient été récupérées dans les salles 2 ou 3, qui en avaient reçu de neufs.

[l'avant de la salle 6]
Disposée en longueur, la salle n°6 était à peine plus large que son écran. Sous celui-ci, à gauche, se trouvait une sortie (non visible sur cette photo trop sombre).


Salle 7

56 fauteuils, écran de 4m50, son Dolby Stéréo.

Située sous le hall, la salle 7 était la plus petite du complexe, mais elle possédait depuis longtemps le Dolby Stéréo.
Lors de la rénovation de 1996, elle avait reçu de superbes fauteuils clubs, avec dossiers habillés de bois, gagnant en confort ce qu'elle perdait en capacité. Mais elle avait également perdu sa mosaïque sur le mur droit qui lui donnait plus de personnalité.

[l'avant de la salle 7 - 1024*683 - 158Ko]   [l'arrière de la salle 7 - 1024*683 - 150Ko]
Un très léger dénivelé au fond de la salle, des fauteuils larges et espacés : difficile de faire mieux dans un si petit volume.


La projection

Les coulisses du Royal n'avaient rien à voir avec celles d'un multiplexe moderne : l'espace y était compté et peu fonctionnel. Mais ces petits couloirs et escaliers, ces coins et recoins, avaient pour le visiteur que j'ai été un goût de secret plus propice au rêve que les vastes cabines des multiplexes.

La régie du Royal était située dans la seule cabine offrant suffisamment d'espace, celle desservant les salles 2 et 3. Une régie centralise les commandes des projecteurs des différentes salles. Des moniteurs vidéo permettent au projectionniste de surveiller les écrans des salles pour voir un éventuel problème.
Les projecteurs des salles 2 et 3 étant proches l'un de l'autre, on pouvait projeter la même copie simultanément dans les deux salles en faisant circuler le film d'un projecteur à l'autre. Cela fut fait avec Titanic, quand le film occupait les salles 1, 2 et 3 du Royal.

[le projecteur de la salle 3 - 1024*683 - 194Ko]
La cabine des salles 2 et 3
Photo ci-dessus : à droite, la régie (on aperçoit 3 des 7 écrans de contrôle); au fond, le projecteur de la salle 3 avec les plateaux sur la gauche (un film y est en cours de projection : la pellicule provient du plateau du bas et vient se mettre sur le plateau du haut; un second film, projeté dans cette salle en alternance avec le film en cours, est stocké sur le plateau du milieu).
Photos ci-dessous : le projecteur de la salle 2, un Cinemeccanica Victoria 5, projette le film Chaos.
[le projecteur de la salle 2 - 1024*683 - 142Ko]   [le projecteur de la salle 2 - 1024*683 - 137Ko]

Depuis la régie, un escalier étroit permettait d'accéder à la cabine de la salle 5, d'où on montait par un escalier en colimaçon jusqu'à la cabine de la 1. Les cabines des salles 4, 6 et 7 étaient indépendantes.

[le projecteur de la salle 1 - 683*1024 - 195Ko]   [l'électronique de la salle 1]
La cabine de la salle 1. A gauche, le projecteur Cinemecannica Victoria 8 était capable de projeter du 35mm ou du 70mm son magnétique.
A droite, une partie de l'électronique avec, de haut en bas : le lecteur DTS, le processeur Dolby (analogique et numérique), un dispatcher, le cross-over THX, 3 amplis de puissance.


[3 tickets du Royal]
De gauche à droite : Arizona Dream, en janvier 1993, le plus ancien ticket de cinéma qu'il me reste; Léon, septembre 1994, un film qui m'a beaucoup marqué : j'avais 17 ans, et je considère cette date comme le véritable point de départ de mon amour pour le 7ème art; Heat, février 1996, un chef-d'oeuvre du film de gangsters.


Un petit mot plus personnel sur ce cinéma pour terminer. La salle 1 du Royal était sans conteste ma salle préférée, la meilleure de Lorient, et je regrette beaucoup sa fermeture. Mais, dans un bâtiment de ce type, la grande salle occupait l'essentiel du volume, et il était impossible d'offrir, comme dans les multiplexes, de grands écrans et des fauteuils en gradins dans les autres salles.
Pourtant, et sans vouloir entreprendre un débat stérile et dépassé sur les multiplexes, je trouve que ces petites salles possédaient une plus grande personnalité que celles des multiplexes, et cela participait de mon plaisir d'aller au cinéma. Même quand la rénovation de 1996 avait uniformisé les couleurs des différentes salles en les habillant toutes de bleu et rouge, elles avaient conservé leurs formes, leurs conditions de vision et d'écoute qui étaient propres à chacune.



Merci au directeur qui m'a ouvert les portes du Royal par deux fois, ainsi qu'à Bruno pour les visites des cabines de projection et les infos.

Le Royal (1/2) : 1951-1996

Retourner au sommaire

mai 2000 / septembre 2002
http://perso.wanadoo.fr/lorient-cine/royal2.htm